<? echo file_get_contents("http://www;liste-annuaires.com/listeannuaires.php); ?>

c'est parti pour 2018/2019

                                                                                                                 le 11/10/2018

                             L’éducation est un enjeu majeur pour l’Afrique. Ce continent, le plus pauvre est aussi le continent le plus jeune. Les moins de quinze ans y représentent près de 45 % de la population, ce pourcentage frôlant les 50 % au Niger ( en comparaison, cette catégorie d’âge ne compte que pour 15 % de la population de l’Europe).

                             Toutefois,malgré un certain nombre d'incertitudes et de problèmes, l'école a repris normalement dans les zones où notre association s'implique.

1) A Karcadjane:

                             Habituellement la rentrée s'effectue sur une période plus ou moins longue en fonction de l'importance des pluies sur les mois précédents,donc de la présence des zones herbeuses autour du "village". Cette année,la saison humide s'étant montrée généreuse, les familles sont rentrées plus tôt du Gourma, suffisamment tôt pour que les enfants reprennent l'école dès les premiers jours d'ouverture. L'école Maguy Vautier fonctionne déjà pratiquement à effectif complet. Le second instituteur,  toujours aussi motivé a accueilli les enfants avec Atayoub.

                             L'association a envoyé au Comité de gestion la somme nécessaire pour couvrir les différents frais du premier trimestre: nourriture, fournitures scolaires,...

                             Les bâtiments restent en bon état, les petites réparations  nécessaires après la saison des pluies ayant été réalisées.

                             L'insécurité persiste dans la région avec des incidents de plus en plus nombreux (plusieurs civils morts dans l'explosion d'une mine sur la route entre Mopti et Tombouctou et dans une attaque à la frontière avec le Niger). Tout déplacement en dehors des grandes villes protégées par l'armée est très dangereux, ce qui ne permet pas actuellement de faire appel à des entreprises et d'envisager d'éventuels travaux.

2) A Niamey :

                             L'ensemble des enfants parrainés a repris l'école dans de bonnes conditions malgré le paludisme qui frappe lourdement les familles. Une seule étudiante inscrite en licence "Transport/Logistique" débutera les cours début novembre.

                             Le bilan s'établit comme suit;

                             - 15 enfants parrainés: 7 filles et 8 garçons.

                             - 15 marraines/parrains: nous souhaitons la bienvenue à une nouvelle marraine qui a rejoint notre groupe très motivé.

                             - 7 écoles distinctes.

                             Anara et Fatimata, qui ont échoué au baccalauréat en redoublant, ne sont plus parrainés. Ils ont choisi soit de rechercher du travail,soit de s'orienter vers des filières plus techniques.

                             La famille d'Ami a quitté Niamey pour s'installer en Algérie. Sa marraine, que nous remercions, parraine une autre petite fille, Azahara.

                             Les parrains/marraines recevront dans quelques jours les bulletins d'inscription de leurs filleuls/filleules.

                    Nous souhaitons à tous ces enfants, aussi bien à Karcadjane qu'à Niamey une très bonne scolarité.