<? echo file_get_contents("http://www;liste-annuaires.com/listeannuaires.php); ?>

rapport de l'assemblée générale 2019

                                    Assemblée générale ordinaire

                                      15 juin 2018 - Exercice 2018

 

 

L'assemblée générale s'est réunie à 14h30 à Fayence.

 

Présents : Françoise Aurand, Claude Boursin, Chantal Buisson, Françoise Converset, Véronique Degas, Denise Goss, Anne Grimault, Dominique Hirt, Jean-Marie Hirt, Jean-Claude Lorin, Thérèse Nollet, Élisabeth Pesnel, François Piérard, Andrée Ruer, Patricia Tozzi.

 

Pouvoirs : Monique Lorin, Marie-Ange Lorin, Marie Hody, Clotilde Dumas-Sevin, Marc Dumas-Sevin, Sandra Vautier, Claudine Vanneste, Anne-Laure Laulom, Danielle Laulom, Jean Kohlmuller, Danielle Kohmuller, Maryse Chevassut, François Chevassut

 

1 - Rapport financier :

                 

                       Comme chaque année, les recettes, s'élevant pour l'année à 18 318 €, sont essentiellement constituées des cotisations, des dons et éventuelles subventions, auxquels s'ajoutent, de manière marginale, le produit des ventes.

La subvention du Fonds Fabem au titre de l'année 2017 a été payée en 2018. À noter que nous ne pourrons désormais espérer une subvention de ce fonds qu'une année sur deux, au maximum.

Les dépenses, dont le total s'élève à 17 504 €, sont celles liées à nos actions, notre fonctionnement et l'achat d'artisanat touareg pour la revente.

Il est à noter que les frais postaux sont en forte augmentation en raison des règles imposées par les gouvernements du Mali et du Niger dans le but de limiter les financements liés au terrorisme. Le plafonnement des envois par Western Union entraine mécaniquement le paiement de frais forfaitaires plus élevés. Les envois WU par internet, entraînent des frais réduits de moitié mais cette possibilité n'est pas proposée par toutes les banques.

Les autres dépenses de fonctionnement sont stables.

Il faut également valoriser le bénévolat en terme d'heures et affecter en dons les frais engagés parles bénévoles.

 

Le financement de nos actions :

                     

                       L'école Maguy-Vautier de Karkadjane constitue l'essentiel des dépenses. Il s'agit de la subvention allouée régulièrement au Comité de gestion local constitué du chef de village, du responsable des parents d'élèves et des deux enseignants. Ce Comité assure, avec l'aide de cette subvention, le fonctionnement de la cantine, le gardiennage, l'achat des fournitures scolaires, l'entretien du mobilier scolaire et des bâtiments et les dépenses occasionnelles.

Le salaire du directeur est toujours pris en charge par le gouvernement malien mais celui de l'instituteur stagiaire ne l'est pas encore, d'où l'augmentation de notre subvention depuis son recrutement.

                      

                         Les parrainages scolaires d'enfants d'exilés maliens à Niamey :

                                 Il s'agit de financer leurs dépenses de scolarité, inscription, cantine, tenues, fournitures scolaires. Deux possibilités sont retenues :

  • Certains parrains et marraines adressent directement leur soutien par Western Union aux parents des bénéficiaires. Ils transmettent au responsable de cette action, les justificatifs d'envois émis par WU.
  • La majorité des parrains et marraines effectuent leur envoi passent par l'intermédiaire de MALINIA.

                            L'association émet des reçus fiscaux à chaque parrain/ marraine quel que soit leur choix.

                        

                          Le puits de Niamey, financé à la demande d'un certain nombre de familles d'exilés maliens à Niamey pour aménager le nouveau terrain sur lequel ils ont dû déplacer leur campement, l'a été par financement participatif (Hello Asso). Le montant recueilli, bien qu'inférieur à la demande initiale, a cependant permis d'assurer l'essentiel en permettant à ce quartier très défavorisé et sous-équipé de Niamey d'accéder à de l'eau potable.

                          À noter également que MALINIA a servi pendant quelques semaines de boite postale pour le financement des actions en faveur des migrants de Vintimille jusqu'à ce que l'association Pays de Fayence Solidaire, qui prend en charge ce soutien, soit opérationnelle. La comptabilité de MALINIA reflète ce rôle de boîte aux lettres.

                           MALINIA a également financé, de manière ponctuelle et limitée, au cas par cas, la fourniture de médicaments.

 

                          L'opération Calendriers ne s'est pas révélée rentable. Il faudrait mieux valoriser le fonds photographique dont nous sommes propriétaires afin d'en tirer quelques recettes pour financer nos actions. Jean-Marie Hirt, animateur du Club Photo du Foyer Rural propose d'examiner les possibilités car les négatifs du très beau Fonds donné par les héritiers M. Locoin n'ont pas été retrouvés, de même que ceux de C. Noguès.

 

                     

 

Les comptes sont approuvés à l'unanimité.

 

2 - Rapport moral et d'activités :

                           Le Mali va très mal, les difficultés de ce pays très pauvre et en proie aux conflits continuent de s'aggraver . La présence de l'armée française, des américains, des tchadiens ne changeront rien. Elle a simplement pour objectif d'y préserver les intérêts occidentaux. Le djihadisme est souvent l'alibi des brigands et des vieux conflits sur l'usage du foncier : entre nomades et sédentaires agriculteurs, Peuls et Dogon par exemple. La sécheresse aggrave ces problèmes. L'État malien a délégué ses pouvoirs de maintien de l'ordre à des milices privées souvent constituées de déserteurs malien locaux qui en profitent pour régler leurs comptes historiques. Ces conflits sont également aggravés par la financiarisation des dettes par titrisation, ce qui est le comble du cynisme.

                           Karkadjane est la seule école laïque qui demeure dans la région, les autres ayant été fermées et/ou remplacées par les écoles coraniques. Sa situation est évidement extrêmement fragile.

                           Les routes sont très peu sûres. Seuls circulent bus et camions, en convois avec une garde militaire. Il y a cependant moins d'attaques sur le fleuve que dans un passé récent.

 

                          La mission à Bamako :

                              Claude et Maryse ont été reçus chez El Hadj (logisticien Action Contre la Faim) et Fati, tous deux membres fondateurs de MALINIA avec Maguy Vautier. Pour des raisons de sécurité, El Hadj ne se déplace qu'en avion avec la Croix Rouge ou les militaires.

                              Une rencontre a eu lieu à notre demande avec Elsa Di Meo qui est en poste à Bamako pour l'Agence Française de Développement (sa mission principale étant l'accès à l'électricité). L'AFD ne peut intervenir pour des petites actions comme les nôtres mais elle a indiqué quelques pistes de financement. Il y a énormément d'argent en circulation mais l'insécurité est telle que les travaux d'entretien et les créations d'infrastructures en sont rendues quasi impossibles.

                               L'objectif principal de la mission était de rencontrer nos interlocuteurs de l'école Maguy-Vautier de Karkadjane, le directeur, Attayoub, son jeune assistant  instituteur, Fayçal et le représentant des parents d'élèves . Ils ont rejoint Bamako après 6 jours d'un voyage très éprouvant. Ils ont voyagé au sein d'un convoi encadré par les militaires, s'arrêtant tous les soirs à 18 h quel que soit l'endroit et l'accessibilité à l'eau ou au moindre confort. Ils sont arrivés très fatigués mais ont pu se reposer 48 h avant de repartir pour un retour un peu moins éprouvant que l'aller. La mission a apporté sur place et remis à Attayoub deux ordinateurs dont on nous avait fait don (Helping Hands et un de nos membres). Il faudra assurer un minimum de fourniture de courant solaire pour permettre leur fonctionnement.

 

                                 À l'école de Karkadjane, tout se passe à peu près normalement, compte tenu des conditions locales d'insécurité et de pauvreté. Le jeune assistant instituteur Fayçal est très impliqué et continue sa formation tout en apportant une aide précieuse à Attayoub. On peut recouper les informations par Fati et son frère qui se trouve sur place. Les enfants comme précédemment sont nourris. Le campement s'est resserré et un nouveau puits a  été creusé. Attayoub souhaiterait un autre puits plus près de l'école, avec une pompe alimentée par panneaux solaires. La difficulté étant qu'il faut que tout cela soit facilement démontable pour être mis à l'abri pendant la fermeture de l'école en raison du risque de vol dans cette région démunie .

 

                                  Parrainages à Niamey. Jean-Claude présente le bilan de l'année écoulée. 15 filleuls, 7 filles et 8 garçons, sont pris en charge, par 11 parrains et marraines. Les enfants sont répartis sur 7 écoles

                                Les parents des filleuls et filleules doivent fournir régulièrement les preuves de la scolarisation (inscription, bulletins scolaires). Un parrainage a été supprimé ( aucun justificatif n'a pu être fourni par le père de l’élève ). Les examens ont débuté : un candidat au brevet et une en licence     

                             Le budget global des parrainages représente 7 800 €.

 

                                Un financement participatif a été mis en place pour la réhabilitation et l’aménagement d’un puits dans un quartier très défavorisé de Niamey. 21 donateurs ( y compris extérieurs à l’association) ont permis de réaliser cette opération malgré un résultat inférieur au besoin initial ( 2000€ au lieu de 3000€)

 

                                    Notre terrain à Niamey devrait être mis en vente conformément à la décision des dernières AG. Il est très bien situé dans un quartier récemment ouvert à l'urbanisation, à proximité du nouvel hôpital de référence. Nous avons un acheteur potentiel. Affaire à suivre.

 

                                    Festival Bagiliba : Malgré les problèmes de santé d'Isabelle ( laresponsable du Foyer Rural), le festival devrait avoir lieu. MALINIA tiendra un stand commun avec Pays de Fayence Solidaire.

 

                                    Le Site Internet de Malinia : Au jour de l'AG, il a reçu plus de 33 600 visites depuis sa création (540 visiteurs en moyenne/mois). Des gens se proposent de nous aider en particulier par des dons de matériel qu'on ne

peut cependant pas expédier. En ce moment, le nombre de visiteurs est en augmentation 800 visites/mois.

                                    Cotisation annuelle : il est décidé de la maintenir à 20€

 

                                   Conseil d'administration : Claude Boursin fatigué indique que son état de santé l'empêche de poursuivre en tant que président au delà de l'année en cours. Après le décès brutal de Maguy Vautier, c'est une importante perte de compétence et d'expérience qui rend leur remplacement très difficile. On ne note pas d'autre démission prévisible au sein du Conseil d'administration.

 

Questions diverses :

 

                                 Le Musée hérité de Maguy Vautier : quelques objets sont encore dans le local. Tout le reste a été transférer chez Sylvain Vautier. Cela reste à notre disposition si nécessaire  pour une exposition.

                                La collection Boulle appartient à l'association par suite d'un don..

                                Pays de Fayence Solidaire – François Piérard intervient pour nous parler de cette association qui s'est mise en place pour coordonner et pérenniser les actions bénévoles de soutien aux migrants bloqués à Vintimille au plus fort de la crise (fourniture de repas, de vêtements, de couvertures, soins, etc.). Ces actions se sont faites en lien avec Roya Citoyenne qui a été en pointe dès le début de la crise et l'association Kesha Nya, animé par de jeunes étrangers vivant en France. Depuis que l'Union Européenne a délégué ses responsabilités à la Libye, véritable enfer pour les migrants, le flux s'est tari en grand partie.

Actuellement, des Pakistanais arrivent par les Balkans. L'association a également des liens avec la Croix-Rouge et Amnesty International. Les interventions de la police à la frontière sont absolument violentes et souvent illégales (renvois de migrants, de mineurs, etc.). À noter la création d'un CAO à Château-Double où Pays de Fayence Solidaire apporte aussi son aide, en particulier alimentaire (avec Relais-Solidarité) ,création d'un jardin potager, avec équipements et fournitures, organisations  de fêtes, suivi et aide personnalisés pour quelques migrants jeunes, en France ou en Italie, pendant leur procédure de droit d'asile.

                               Le local de MALINIA situé à Tassy est désormais partagé avec Pays de Fayence Solidaire.

 

 

                               L'ordre du jour étant épuisé, l'Assemblée générale est clôturée autour d'un pot de l'amitié.