<? echo file_get_contents("http://www;liste-annuaires.com/listeannuaires.php); ?>

Bilan 2013

                2012 et 2013 resteront des années noires dans la mémoire de notre association . L'arrivée des intégristes dans le Nord Mali , l'application de la charia , les combats et de nombreuses scènes d'horreur dans les villages ont entrainé la fuite des populations vers les pays voisins ( Burkina-Faso, Niger , Mauritanie ,Lybie ) . Ces mouvements ont touché toutes les ethnies : Touareg , Peuls , Bozos , Bambaras , Haoussas , Sanghaï ...Comme toujours , dans les camps saturés , les conditions de vie des réfugiés sont restées très précaires :

                 - problèmes alimentaires ,

                 - problèmes sanitaires ,

                - développement de nombreuses maladies ( paludisme , choléra ...) ;

A Karkadjane , les habitants ont abandonné le village . Un groupe s'est fixé à Niamey au Niger. Pour aider tous ces réfugiés , l'association MALINIA a :

                 - construit des abris ,

                 - acheté de la nourriture ( lait , céréales ...) ,

                 - envoyé des médicaments ( dans les différentes zones ) .

               Atayoub , directeur de l'école , a réussi à regrouper un maximum d'enfants pour leur dispenser des cours " à ciel ouvert " . Ainsi , malgré les conditions difficiles, notre mission de scolarisation a pu en partie s'effectuer .

               La plupart des familles se sont regroupées dans le Gourma avec le bétail ( zone située au sud du Mali à proximité du Burkina et du Niger ) et au Burkina faso. Là encore , nous avons fourni une aide alimentaire et des médicaments .

               Malgré leurs déplacements , grâce à nos correspondants et à nos relations étroite avec la population , nous avons toujours pu conserver un contact permanent avec les réfugiés .

               Avec le départ des intégristes , et malgré un climat d'insécurité ( intégristes mélangés à la population , mines ,attentats ) en milieu d'année 2013 , la population effectua un retour progressif , mais il fallait tout reprendre . Les jardins abandonnés n'existaient plus , l'école avait subi des dégradations liées aux fortes pluies d'été . Mais l'espoir renaissait , et après des travaux sur la toiture et le crépis de l'école , la réhabilitation de la cantine , la finalisation de la construction de la clôture autour du jardin , nous avons pu assurer la réouverture de l'école le 1er octobre et assurer le repas de midi aux enfants .

               Le village reprend vie . Seules 2 familles restent encore au Burkina mais elles annoncent leur prochain retour .

               L'équilibre reste fragile et nous espérons que le nouveau gouvernement trouvera la solution à un problème récurrent afin que toutes ces populations démunies évoluent dans le respect de leurs traditions et de leur culture .

               Plus que jamais , l'association  MALINIA avec votre aide compte jouer à fond le rôle qu'elle s'est fixée , scolariser un maximum d'enfants .